La domotique, c’est un système autonome comme un autre…

Comme vous le savez sans doute, à la DTRE, nous nous efforçons d’être à la pointe de l’actualité et de la mode au niveau technologique. C’est pour cela que nous...

Comme vous le savez sans doute, à la DTRE, nous nous efforçons d’être à la pointe de l’actualité et de la mode au niveau technologique. C’est pour cela que nous ouvrirons cette année un projet de domotique convivial et surtout évolutif à souhait.

La domotique, c’est un domaine dans l’air du temps. C’est tous ces trucs futuristes et cools qu’on peut voir dans « Le Cinquième Elément » ou « I, Robot ». C’est aussi bien le régulateur de température que Jarvis dans « Iron Man » (qui, soit dit en passant s’occupe également de la température) ! La domotique, c’est tout ça et bien plus encore (oui, oui, comme Denver).

Alors pourquoi n’est-ce pas étendu partout, depuis le temps qu’on en parle ? Pourquoi n’a-t-on pas un « appart’ du futur » alors que l’idée est très ancienne ?

Personnellement, et ça n’engage que moi, je vois trois problèmes majeurs à l’intégration de la domotique dans la vie de tout un chacun :

  1. Un problème technique : Aujourd’hui, on cumule les difficultés pour essayer de faire quelque chose qui fonctionne. Des normes qui vieillissent mal et qui sont mal sécurisées sont encore et toujours utilisées avec l’excuse que « ça juste marche pour le moment ». De plus, une partie des infras existantes ne supportent que mal ces normes (même si les choses changent peu à peu).
  2. Un problème financier : Les entreprises qui vendent de la domotique la vendent à prix d’or. Et pour cause : elle leur coûte chère à concevoir et à déployer. L’amateur qui veut se faire son système chez lui va devoir également dépenser des milles et des cents en matériel « spécial domotique ®©™ ».
  3. Un problème de conception : Depuis que je m’intéresse à ce domaine, je n’ai, pour le moment, vu presque aucun système domotique réellement autonome. Ils sont tous contrôlés d’une façon ou d’une autre (et souvent via un boîtier de commande) par un humain. Oui, au lieu d’allumer la lumière sur le mur, il l’allume sur son boîtier… c’est un progrès, certes, mais ce n’est clairement pas ce que l’on pourrait attendre du Futur ! Un autre problème est la centralisation généralisée des réseaux domotiques : un contrôleur central qui gère tout et des modules basiques tout autour. Le contrôleur tombe, TOUT tombe…
C’est pour ces raisons que notre projet domotique se base sur des principes différents, voire diamétralement opposés :
Niveau norme : du standard, du connu (ou possible à apprendre), du pas cher. On utilise les mêmes outils et les mêmes normes que pour un réseau « normal » avec tout ce que ça comporte comme possibilités et joyeusetés (routage, contrôle à distance simple, tunnels, sécurité, …).
Niveau financier, le maître mot est « le moins cher possible tout en restant cohérent ». Donc point de matériel à 200 euros le boîtier qui ne fait rien.
Et pour la conception, vous l’aurez deviné, nous traiterons notre système de façon à ce qu’il soit entièrement autonome et les êtres humains ne seront au final que des variables contenues dans l’environnement, au même titre que la température ou l’heure qu’il est. Chaque module pourra fonctionner de manière presque indépendante et embarquera son propre module décisionnel. Finie l’époque du maître contrôleur tout puissant ! Le contrôleur est certes toujours présent en tant qu’intelligence centrale, mais les modules communiquent tous entre eux avant tout.
Voilà donc le projet de domotique que nous mettrons en place dans l’année à venir, le tout, bien entendu, en open source pour que vous puissiez le refaire et l’améliorer…